Accueil Santé Les cigarettes électroniques, une menace pour l’environnement ?

Les cigarettes électroniques, une menace pour l’environnement ?

cigarettes électroniques

Les cigarettes électroniques (e-cigs) ont été présentées comme une alternative à la cigarette classique. Elles sont utiles aux fumeurs qui souhaitent se sevrer, car il est possible de choisir la dose de nicotine que contient l’e-liquide. Les avantages des cigarettes électroniques sont bien mis en avant par les fabricants. Mais qu’en est-il des inconvénients qui sont majoritairement environnementaux ? Découvrez ici un tour d’horizon sur les conséquences environnementales des cigarettes électroniques.

Les cigarettes électroniques : une alternative à la cigarette classique

Il y a quelques années, les cigarettes électroniques ont fait leur apparition sur le marché. Les publicités agressives dont ont fait usage les fabricants ont été de véritables coups de boost pour l’essor du produit sur le marché.

A lire également : Où acheter le meilleur CBD ?

En se servant des réseaux sociaux et d’internet par ricochet, les fabricants ont su attirer la jeune génération. Il est possible de vapoter en se passant de la nicotine ou de choisir une dose plus faible que celle que contient la cigarette classique. Si le concept attire déjà en soi les jeunes fumeurs, les gros fumeurs viennent s’ajouter à la liste.

Ils pouvaient se sevrer progressivement en baissant le taux de nicotine lors de leurs séances de vape. Les différents arômes proposés par les fabricants sont également un facteur qui n’aura laissé personne indifférent.

A découvrir également : Quelle est la particularité du shampoing bio ?

Les e-cigs sont-elles une menace environnementale ?

Les e-cigarettes sont sans doute de bonnes alternatives aux cigarettes classiques. Néanmoins, le prix à payer n’est pas banal. Si la pollution induite par les mégots était décriée, celle des cigarettes électriques ne serait pas non plus négligeable.

Les dangers sont décuplés en raison de l’utilisation des e-cigs par les plus jeunes qui sont moins regardants sur les dispositions à prendre après l’utilisation des gadgets. Les cigarettes électroniques sont majoritairement composées d’éléments plastiques. Vous avez par exemple des dosettes qui sont destinées à un usage unique.

De même, certaines e-cigarettes ne peuvent être utilisées qu’une seule fois. En réalité, que ce soit la dosette usagée ou l’e-cig elle-même, ces accessoires ne doivent pas être jetés à la poubelle comme des ordures ménagères. Malheureusement, dans le rang des jeunes utilisateurs, 51 % soutiennent avoir jeté des dosettes et des cigarettes électriques usagées à la poubelle selon une étude menée par Thruth Initiative.

Selon cette même étude, 10 % des jeunes utilisateurs affirment jeter ces produits usagers à même le sol. Seulement, 15 % des utilisateurs ont affirmé jeter les e-cigs selon les modalités indiquées par les fabricants.

Il s’agit réellement d’un sérieux problème de pollution environnementale loin devant les risques de pollution des cigarettes à tabac.

Responsabilité de chaque acteur dans la filière e-cig et solution : le point

cigarettes électroniques

Dans la pollution qu’engendrent les cigarettes électroniques, la responsabilité des fabricants mérite d’être soulignée. Le devoir de préserver l’environnement n’incombe pas seulement aux consommateurs.

Dans une étude de 2017, les cigarettes électroniques sont responsables de la production de 450 000 tonnes de déchets plastiques dans le monde. Avec les publicités agressives des fabricants, ce chiffre ne risquerait pas de baisser même en 2022.

En réalité, il serait pertinent que les fabricants sensibilisent les consommateurs sur le danger que représentent les e-cigs pour l’environnement. Malheureusement, cette communication n’a pas lieu. Les fabricants se focaliseraient plus sur les avantages économiques qu’ils peuvent tirer des produits.

La plupart des marques n’indiquent pas comment traiter les déchets de leurs cigarettes. Il faut remarquer que les e-cigarettes ne sont pas des accessoires recyclables. Après leur utilisation, les vapoteurs jettent des déchets plastiques dans l’environnement, des sels de nicotine et des métaux lourds. On parle ici du plomb et du mercure, deux produits toxiques pour la faune, la flore et les sols.

Quant aux vapoteurs, il est nécessaire de prendre conscience des dangers liés aux rejets des déchets de cigarettes électroniques dans l’environnement. Mais d’abord, faudra-t-il que toutes les marques puissent indiquer sur des notices comment traiter les déchets usagers des e-cigs. L’État pourrait bien le rendre obligatoire puis obliger les vapoteurs à s’y tenir.

Cependant, plus de 70 % des fumeurs de cigarettes électroniques pointent du doigt la difficulté de trouver des déchèteries adaptées pour les pièces usagées. Les fabricants devront donc multiplier les sites de dépôts de déchets d’e-cig afin de réduire ce risque environnemental que représentent leur produit et ses éléments constitutifs.

 

ARTICLES LIÉS