Accueil Minceur Est-ce que les Bêta-bloquants font grossir ?

Est-ce que les Bêta-bloquants font grossir ?

Ce que nous ne vous disons pas sur les bêta-bloquants Les bêta-bloquants sont des médicaments pour l’hypertension.

Vous avalez un médicament et, boum, sans autre effort, votre tension artérielle diminue.

A lire en complément : Quels aliments à éviter pour les triglycérides ?

Miracle ?

Pas du tout.

A voir aussi : Comment s'affiner sans sport ?

Pourquoi personne ne l’explique ?

Personne n’explique en mots simples comment fonctionnent les médicaments.

Pourquoi ?

Parce que tout le monde a un intérêt plus grand à maintenir le flou. Cela maintient le public dans l’illusion que les drogues sont des sortes de pilules magiques.

Il est justifié en même temps :

  • le prix des consultations,
  • limites de temps pour la consultation (qui allongent constamment) pour obtenir la sacro-sainte « prescription », sésame indispensable pour obtenir vos mains dans les pharmacies sur la pilule magique ;
  • et en particulier le coût des médicaments, toujours supérieur à 100, 1000 ou 10 000 fois leur coût de fabrication.

Laissez-moi vous expliquer en quelques mots comment fonctionnent les bêta-bloquants. Ce n’est pas ça technique que cela, et une fois que vous lisez tout vous semblera clair que l’eau de roche.

Mais arrivons au fait :

Histoire courte des bêta-bloquants

Tu sais ce qu’est l’adrénaline. C’est cette substance que votre corps produit en cas de peur, de stress, d’excitation. « Farci d’adrénaline », vous éprouvez l’euphorie, l’énergie, vous allez à l’assaut des sommets de la fleur avec un fusil.

Mais physiquement, que se passe-t-il ?

Votre cœur bat dans votre poitrine et vos temples. Votre respiration s’accélère. Vous transpirez, vous secouez, même. Votre tension artérielle augmente.

Tout cela est expliqué très simplement. Les cellules du cœur, des artères et des poumons, sont bordées de récepteurs d’adrénaline.

Les scientifiques l’ont remarqué dès le 19ème siècle, à l’aide de microscopes très primitifs.

L’adrénaline est faite par les glandes sur les reins (donc non-surrénaline), lorsque vous détectez dans votre environnement une raison de stress. Il passe dans votre sang et se fixe à tous ces récepteurs : dans le cœur, les artères, les bronches.

Les cellules absorbent alors l’oxygène et se contractent. C’est pourquoi la pression artérielle augmente, le rythme cardiaque et la respiration accélèrent. Vous sentez votre cœur battre dans votre poitrine, c’est de l’excitation, vous brûlez plus de calories, votre niveau d’énergie saute.

Une fois cette découverte faite, il ne faut pas être un prix Nobel pour imaginer que si l’on découvre un poison capable d’empêcher ces récepteurs d’adrénaline de fonctionner, le cœur, les artères, les bronches deviendraient indifférents à la montée de l’adrénaline dans le sang.

Indépendamment de la quantité d’adrénaline produite par les reins (ou plus précisément, les glandes surrénales fixées sur les reins), l’individu resterait calme, le cœur n’accélérerait pas, ni sa respiration.

Mieux, dans le cas d’une personne hypertensive, surexcité, il suffirait de lui donner ce produit bloquant ces récepteurs d’adrénaline, de voir leur pression artérielle abaisser, ralentir sa fréquence cardiaque, et la diminution de son niveau de stress — comme un miracle.

Oui, bien sûr, tu me le diras. Mais vous n’aviez pas besoin d’être un génie non plus pour deviner que le blocage des récepteurs d’adrénaline déclencherait toute une série d’effets nocifs plus ou moins catastrophiques.

Le corps humain, en fait, est une machine compliquée mais plutôt bien faite. Si ces récepteurs d’adrénaline existent, il doit y avoir une raison. Et commencer à perturber ces soldes subtils est téméraire.

Mais les chercheurs se sont dits « nous verrons plus tard pour d’éventuels effets indésirables ». « Tout d’abord, trouvons ce produit qui bloque les récepteurs. »

La tâche n’était pas très compliquée. En 1948, le chercheur de renom Raymond P. Ahlquist a découvert qu’il existait deux catégories de récepteurs d’adrénaline, les récepteurs alpha et les récepteurs bêta.

Ces récepteurs ont été mis dans des éprouvettes et les chimistes ont versé toutes les taches possibles et imaginables, peintures, dérivés du pétrole sur eux, jusqu’à ce que l’un d’eux réussi à les désactiver.

La tâche a été entreprise dans les installations de la société chimique multinationale Imperial Chemical Industries (ICI) près de la ville industrielle de Manchester. Après quinze ans, il y avait deux, le propanolol et le pronéthalol, tous deux dérivés de l’huile, pour faire cet effet sur les récepteurs bêta.

Les « bêta-bloquants » sont nés.

Sans, bien sûr, embarrassant d’expliquer l’un de ces détails au cœur, hypertensive et anxieuse qui est venu leur rendre visite, les cardiologues ont commencé à distribuer les « bêta-bloquants » à grande échelle.

C’était une catastrophe immédiate pour le pronéthanol. On a rapidement découvert qu’il causait un cancer du thymus (une glande au sommet de la poitrine).

Propanolol a également causé toutes sortes d’effets secondaires, mais il doit être conservé sur le marché et a connu un énorme succès commercial. Lorsque le brevet a expiré, toutes les compagnies pharmaceutiques se sont disputées pour breveter une nouvelle version de la même molécule, très légèrement modifié pour justifier une nouvelle formule, donc un nouveau nom et un nouveau prix, mais sans aucun avantage supplémentaire pour les patients.

Le chimiste qui a découvert le propanolol et le pronéthanol, James Black, a bien sûr reçu le prix Nobel de médecine 1988 pour ses bons et loyaux services qu’il a rendus à l’industrie pharmaceutique, où il avait augmenté ses ventes de manière prodigieuse.

Aujourd’hui, les bêta-bloquants restent l’un des médicaments les plus largement prescrits. Ils sont prescrits pour l’hypertension, mais aussi pour réguler le rythme cardiaque (arythmie), pour les douleurs cardiaques (angine de poitrine) mais même pour le stress, l’anxiété, le glaucome (problème oculaire).

Le public continue de supposer que puisque ces médicaments sont autorisés et distribués, c’est qu’ils sont en quelque sorte « sûrs » ou même « bons pour la santé ».

Malheureusement, après des décennies d’omerta, la vérité (qui était évidente dès le début), émerge tranquillement. Et elle fait peur.

Nous réalisons que les bêta-bloquants sont beaucoup trop prescrits. Certes, des études ont montré clairement que ils sont utiles pour prévenir les crises cardiaques pendant la chirurgie cardiovasculaire.

Le problème est que, sur la base d’études scientifiques biaisées, ils sont également utilisés en Europe pendant toute opération chirurgicale, même lorsqu’ils ne concernent pas le cœur ou les artères.

Dans ce cas, les bêta-bloquants augmentent le risque de décès de 27% pendant ou après l’opération.

27% est un nombre colossal, vu les dizaines de millions d’opérations non cardiaques qui ont lieu chaque année.

Cela représente 800 000 décès en Europe au cours des 5 dernières années.

Les chercheurs ont eu l’audace de l’écrire dans le European Heart Journal :

« L’été dernier, des chercheurs britanniques se sont inquiétés lorsqu’ils ont publié un article faisant état de la possibilité que, selon les indications officielles, des médecins britanniques auraient causé 10 000 morts par an », a écrit Larry Husten, directeur éditorial du plus grand site d’information sur la santé professionnelle aux États-Unis (Nouvelles professionnelles WebMD).

« Aujourd’hui, ils sont allés plus loin et ont publié une estimation selon laquelle ces mêmes indications auraient entraîné la mort de 800 000 personnes en Europe au cours des 5 dernières années… »

Ces 800 000 décès sont comparables en nombre aux pires cas de génocide et d’assassinat de masse de l’histoire récente. »

Puis, « étrangement », l’article a été retiré du site Web. Un silence de plomb est tombé.

Et tout se passe comme avant.

De petits changements font de grands effets

Si vous avez des problèmes avec le cœur, l’artère, si vous avez déjà eu un accident cardiovasculaire, la chose la plus efficace est de faire de petites améliorations à votre style de vie.

Recevez votre dossier soumissionné

SUR LES SOLUTIONS NATUREL CONTRE HYPERTENSION ARTÉRIELLE

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation !

Consultez notre politique de confidentialité.

A récente étude publiée dans le British Medical Journal note que manger une simple pomme chaque jour pourrait aider à prévenir autant de décès cardiovasculaires chez les personnes de plus de 50 ans que de prendre un médicament de cholestérol quotidiennement (statines).

Une autre étude avait déjà montré que faire certains sports est aussi efficace contre le diabète et les médicaments cardiovasculaires que les médicaments.

J’insiste sur ces petits changements parce que l’expérience montre combien il est difficile de changer complètement votre vie.

Une personne sur six diagnostiquée avec un cancer du poumon fume toujours 5 mois après le diagnostic (si elle n’est pas encore décédée). La plupart des diabétiques de type 2 continuent à manger trop de sucre et ne font pas assez d’exercice.

Cette fois, je renonce à vous donner une longue liste de changements de style de vie, d’optimisation alimentaire, de stratégies nutritionnelles, de complémentation, de gestion du stress, de types d’exercices physiques que vous pouvez faire pour améliorer votre santé.

Je préfère que vous reveniez dans mes lettres ou publications auxquelles vous vous abonnez et choisissez une ou deux choses que vous ne faites pas encore (prenez de la vitamine D simple chaque jour, par exemple, ou des oméga-3, la base de la base), et respectez-le.

Devenez un as de cardiologie en 20 secondes

J’ai décrit comment les bêta-bloquants fonctionnent, pour vous montrer qu’il n’y avait aucun miracle en dessous. Mais les autres médicaments utilisés en cardiologie fonctionnent selon la même logique : fibrates, anti-cholestérol (statines), divers anti-coagulants (warfarine, aspirine), sartans (médicaments antihypertenseurs)…

Tous ces médicaments sont des produits chimiques qui bloquent votre métabolisme normal, créant un effet jugé souhaitable dans votre état actuel de santé : abaisser la pression artérielle, ralentir le cœur, liquéfaction du sang, abaisser les lipides (graisses) dans le sang.

Mais ce n’est pas la même chose qu’une vraie guérison, ni même une amélioration authentique de votre santé. Ces mêmes effets, chez un autre patient, pourraient, au contraire, être considérés comme hautement indésirables, voire dangereux : pour ceux dont la pression artérielle est trop bas, le cœur trop faible, le sang trop liquide, ou qui manque de cholestérol (parce que le cholestérol est une molécule très précieuse, et non un poison).

Tous ces médicaments provoquent des changements dans le corps qui vont à l’encontre de la nature et de l’équilibre normal de votre organisme. Cela rompt les mécanismes d’autorégulation. On vous dit, « c’est bon pour vous, dans votre cas », et c’est probablement vrai.

Mais cela n’empêche pas que vous devez absolument comprendre ce qui se passe dans votre corps quand vous les prenez. C’est ton corps. Ces blocages, modifications, altérations ou même la destruction irréversible de certaines fonctions peuvent toujours avoir des conséquences, parfois graves, et il vous appartient de les assumer le jour où cela se produit (même si vous poursuivez votre médecin, ou le laboratoire, ce n’est pas ce qui vous guérira).

Si les patients les comprenaient correctement, s’ils leur étaient expliqués de manière transparente, beaucoup choisiraient des approches naturelles. Parce que les solutions naturelles s’attaquent vraiment aux causes de maladie. Ils n’ont pas d’effets secondaires indésirables, seulement des effets secondaires souhaitables : risque de diabète, risque réduit de caillot, phlébite, meilleure forme physique, meilleur moral, meilleure résistance aux maladies et aux infections.

À votre santé !

JM Dupuis

Sources :

http://www.bmj.com/content/347/bmj.f7267 http://www.telegraph.co.uk/news/health/news/10515917/Exercise-just-as-good-as-drugs-in-war-on-major-disease.html https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3342424/

ARTICLES LIÉS