Accueil Santé Comment prévenir et traiter la dégénérescence musculaire liée à l’âge

Comment prévenir et traiter la dégénérescence musculaire liée à l’âge

On peut déjà parler de vieillissement musculaire dès 30 ans, mais c’est seulement aux environs de la cinquantaine qu’on ressent et qu’on évoque la faiblesse musculaire. Ce n’est pas une fatalité, car la dégénérescence musculaire liée à l’âge peut très bien être prévenue et traitée. Zoom sur les moyens pour prévenir et traiter la dégénérescence musculaire liée à l’âge.

Une prise en charge en maison de retraite

Si la dégénérescence musculaire n’est pas prise au sérieux, en l’espace de quelques années, elle peut rendre le senior dépendant. Il se peut également que malgré les solutions mis en places, son état ne s’améliore pas. Le maintien à domicile de la personne âgée peut être compliqué, car elle peut avoir besoin d’une aide et d’une assistance dans ses gestes et activités du quotidien.

A découvrir également : La masturbation, une addiction dangereuse

Il faut alors envisager son entrée en maison de retraite. CetteFamille propose différents hébergements pour les seniors. Les services de cette structure s’étendent également dans l’accompagnement et la prise en charge du senior. Pour le traitement de la sarcopénie, elle propose une aide technique, mais surtout des soins spécifiques. La personne âgée pourra alors avoir des séances avec un ergothérapeute, un physiothérapeute ou un autre spécialiste pour améliorer sa capacité gestuelle et pour soulager ses douleurs.

A découvrir également : Quelle est l'utilité des bandes de contention pour les blessures ?

Une bonne alimentation

Notez bien qu’avec l’âge, nos besoins physiologiques évoluent. Ceci dit, il est donc important de revoir les habitudes alimentaires de la personne âgée. Pour prévenir et traiter cette dégénérescence musculaire liée à l’âge appelée la sarcopénie, il faut lui apporter une alimentation riche en protéines.

Le senior doit consommer entre 1 et 1,2 g de protéines par kilo de masse corporelle par jour. On passe à un régime protéiné pulsé dans le but d’optimiser le gain musculaire. Dans certains cas, les médecins peuvent recommander la consommation jusqu’à 1,5 g de protéines par kilo de masse corporelle.

Même si le but est d’enrichir l’assiette de la personne âgée en protéines, il faut aussi varier son alimentation. Essayez alors de varier les sources de protéines en ajoutant un jour dans son assiette de la viande, un autre du poisson et un autre des œufs. Sachez que les produits laitiers et les protéines végétales sont aussi d’excellentes sources de protéines. Si le senior est atteint de la sarcopénie, il peut prendre des suppléments alimentaires comme de la L-citrulline, de la vitamine D, des oméga-3 et de la créatine.

Une activité physique adaptée

La pratique d’une activité physique de manière régulière est recommandée, quel que soit votre âge. En effet, elle présente de nombreux avantages, notamment le maintien du capital musculaire et la préservation de l’autonomie. Si la dégénérescence musculaire est importante, le senior ne pourra pas s’adonner à une marche rapide de 30 minutes par jour. Il pourra tout de même faire une petite séance de marche de 10 minutes à raison de deux à trois fois par semaine. Au fil du temps, il pourra augmenter la durée de la séance pour prévenir et traiter cette sarcopénie.

Si la personne âgée n’est pas très motivée à faire du sport, vous pouvez intégrer cette pratique d’activité physique dans ses activités du quotidien. Vous pouvez par exemple l’inviter à prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur ou encore à passer l’aspirateur. Comprenez aussi que si la pratique ne convainc pas le senior, c’est aussi parce qu’il est tout seul. Dans ce cas, vous pouvez l’inscrire dans un club ou une association sportive. Il pourra ainsi se faire des amis et s’adonner à une activité physique.

Dans le cadre d’un traitement, il serait judicieux que le senior se fasse accompagner par un kinésithérapeute. Il pourra ainsi proposer des activités adaptées à sa force musculaire et à ses éventuelles douleurs articulaires.

ARTICLES LIÉS