Accueil Minceur Du beurre ou de la margarine ?

Du beurre ou de la margarine ?

Ce titre intriguera sans doute beaucoup de gens, tout comme l’article à succès de cette rubrique « Les pâtisseries à grains entiers comme un mouvement de commercialisation ?« , où j’ai essayé d’orienter les gens vers le choix d’une pâtisserie plus appropriée tout en faisant du shopping. Aujourd’hui, j’ai pris sous une légère vue lechoix correct des graisses, parce que même dans cenuméro, j’ai beaucoup d’opinions professionnelles et personne ne sait vraiment où est la vérité. On prétend que le beurre et le saindoux ne le sont pas, il contient beaucoup de cholestérol. Les autres revendiquent l’huile toujours et partout et font frire ensuite sur de l’huile d’olive vierge. D’ autres personnes apportent de l’huile de noix de coco dans les cieux et, au contraire, foutu margarines tartinables pour leur rappeler avec goût comme s’ils mangent du plastique. 🙂 Et je suis censé donner ça Absolution ? Personnellement, les généralisations d’informations me dérangent le plus dans cette direction. Par conséquent, je voudrais vous donner mon opinion sur chaque graisse individuelle séparément (avantages et inconvénients), ce qui, espérons-le, vous aidera à prendre des décisions et à acheter.

A lire également : Prendre soin de son corps en hiver

Beurre : est la graisse animale,contient du cholestérol, et donc nous devrions économiser avec elle, mais je ne l’exclurais pas complètement de l’alimentation, le beurre contient également des vitamines liposolubles (principalement A et D). 10g par portion une couple de fois par semaine, par exemple, la graisse sur les pâtisseries, dans la soupe de légumes prête à l’emploi ou sous des légumes cuits à la vapeur, les aliments de goût s’amélioreront et se diversifieront. Puisque le beurre ne contient pas 100% de matières grasses, mais « seulement » environ 82%, ne l’utilisez pas pour une finition plus chaude et pas pour la friture du tout ! Un point critique dans l’utilisation du beurre en Tchèques, c’est que nous le mangeons trop (nous lubrifions une couche épaisse sur le pain, la mettons dans la vaisselle, étalons, pain…), donc il peut avoir un impact négatif sur la santé (cornatation des artères, augmentation du cholestérol, foie gras, obésité…).

Huiles végétales : leshuiles raffinées résistent à une température plus élevée, donc elles conviennent, par exemple, pour les masses de cuisson et au repos, à cet effet, il est L’huile de colza la plus appropriée. Huiles vierges non raffinées seulement pour la cuisine froide ! Je vais à genoux quand j’entends quelqu’un, par exemple, sur l’huile d’olive, fait frire ! Leshuiles végétales doivent avoir le dessus de toutes les graisses, car elles ne contiennent pas de cholestérol, au contraire, elles cachent des « graisses saines » qui renforcent le système cardio-vasculaire. Mais encore une fois le taux — 5-10g par portion s’il vous plaît !

A découvrir également : Comment préparer sa peau au bronzage ?

Graisses tartinables (Flora, Rama…) : ne contiennent pas de cholestérol, mais ils sont déjà des graisses végétales traitées. Il est adapté pour lubrifier les pâtisseries ou les tartinades, mais pas pour la cuisson et la friture ! Encore une fois, la règle du pouce — ne pas avoir à être présent dans l’alimentation tous les jours, et si vous le faites, puis à nouveau 5-10g par portion.😉

Beurres de noix (100% — arachide, noix de cajou, amande, sésame…) : ne contiennent pas de cholestérol, et au contraire, comme les graisses végétalesont une grande quantité de nutriments de qualité, de minéraux et de vitamines, y compris les graisses saines. L’inconvénient est que, en raison de leur excellent goût, on a tendance à manger plus d’entre euxqu’il n’appartiendrait, et malheureusement les noix sont un produit qui peut être en mauvaise culture, ou le stockage je attaque la moisissure , qui sont des toxines qui progressivement et nuisent fondamentalement à l’organisme.

L’ huile de noix de coco : l’huile de noix de coco a un énorme buzz ence moment (elle est transportée dans les cieux en ce moment ). Oui, il convient aux athlètes car il est très bien absorbé, on prétend qu’il ne favorise pas le dépôt de graisse dans les magasins sous-cutanés et a un excellent goût, par exemple, dans la formation de desserts sucrés (beignets, crêpes…). L’avantage est qu’il n’y a pas de surcharge rapide, donc la graisse de noix de coco non raffinée convient également pour un traitement thermique plus long à des températures plus élevées. Mais c’estsa consistance rigide qui indique qu’il contient des graisses saturées (éventuellement à risque pour les vaisseaux sanguins) comme le beurre et le saindoux, ce qui lui donne une forme solide (ce n’est pas en fait de l’huile, mais de la graisse). D’où les gens qui ont jeté hors de l’étourneau et du frigo tous autres graisses et a commencé à utiliser seulement l’huile de noix de coco (graisse), donc à son tour, ils ont reçu des informations sur ses avantages trop trop trop. Encore une fois le principe — occasionnellement et en petites quantités.

Si vous avez besoin de frire (bien que je ne suis pas un partisan de cela et je ne vous recommande certainement pas), mais si vous ne le faites pas sans elle, choisissez une variante de graisse, ce qui est le moins surbrûlant, et les substances cancérigènes ne se posent pas dans des quantités aussi abondantes. Atteignez doncpour le saindoux, la graisse de noix de coco, la graisse 100% solidifiée ou GHI (beurre sans eau). La teneur en graisses naturelles « malsaines » est encore meilleure que les substances cancérogènes résultant de la surcombustion des graisses choisies de manière inappropriée. Ne jamais utiliser de graisse de friture plus de fois ! 😉

Mais quelles graisses à éviter vraiment, parce qu’ils ne portent pas notre caractère et plus du tout pas bon pour notre santé ? Ils sont ceux dont on peut se passer absolument avec la paix — graisses congéalisées (graisses bon marché dans les gaufrettes, biscuits, pâtisseries, craquelins…) , huile de palme, 100% de graisse solidifiée, callow, graisse visible sur la viande, surveiller également la graisse du lait (crème, crème et fromages riches en gras).

Chèques-cadeaux pour les régimes, consultations sur la nutrition et cours de réduction

Donc, nous n’avons pas un gagnant sans ambiguïté — les graisses oui, préfèrent les graisses végétales (huiles, avocats, noix et graines), lieu animal, mais surtout — toujours choisir les graisses selon leur but d’utilisation, la quantité (5-10g par portion) et la fréquence. Ici aussi s’applique — tout avec modération !

😉

Martin Coréen nutritionniste thérapeute www.martinakorejckova.cz

ARTICLES LIÉS

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!